Watsu, Paris, eau chaude
Watsu, Paris, eau chaude
Watsu Paris France
Watsu Paris France

Du shiatsu au Watsu

Watsu 3 avec Harold Dull à Harbin Hot Springs

 

 

Selon l’étymologie, le Watsu se définit comme un shiatsu dans l’eau chaude inventé en 1980, un peu par hasard, par l'Américain Harold Dull dans les sources d’eau chaude de Harbin, en Californie du Nord.

Au milieu des années 1970, dans les bois et les monts de la Californie du Nord, Harold Dull découvre les délices de s’allonger dans les bassins naturels d’eau chaude, au milieu des arbres, dans une paix absolue. Et c’est dans une de ces piscines naturelles qu’une femme lui apprend les rudiments du massage.

 

Peu après, Harold Dull commence à étudier le Zen shiatsu avec deux élèves de Shizuto Masunaga, Reuho Yamada et Wataru Ohashi. Comme tous les étudiants en massage, il est à la recherche de modèles. Il les rencontre notamment au bord des bassins d’eau chaude. Quelqu’un lui parle d’un endroit, Harbin Hot Springs, qui est aussi un centre de retraite et d’ateliers New Age. Après l’achèvement de sa formation au Japon, Harold Dull commence à animer des ateliers de Zen Shiatsu à Harbin.

 

Une nuit, il échange des bercements en eau chaude avec une femme. Tout de suite plus faciles, plus fluides et plus amples, les étirements favorisent la libre circulation de l'énergie le long des méridiens. Les vibrations puissantes que Harold Dull ressent, il veut les faire découvrir à d’autres. Peu à peu, il adapte à l’élément aquatique les mouvements et les étirements du Zen shiatsu. Le Watsu vient de naître, en 1980.

 

L’étymologie définit le Watsu comme un shiatsu (-tsu) dans l’eau (Wat- pour water). Pourtant, il faut être clair : le shiatsu n’a pas tardé à se dissoudre dans l’eau chaude.

Contrairement à une séance de shiatsu, une séance de Watsu ne débute pas par un diagnostic. Même s’il effectue des pressions et des étirements, le praticien de Watsu ne procède pas à un travail méthodique de rééquilibrage de la circulation de l’énergie le long de méridiens déterminés. Dans un but de bien-être, il utilise le plus possible les propriétés de l’eau chaude qui détend le corps et qui libère l’esprit.

 

Pour dire les choses autrement, le Watsu doit ses principaux traits à sa mère aquatique plutôt qu'à son père japonais !

La voiture de Harold Dull !

Le shiatsu aux 10 000 visages

Contrairement à une idée reçue, le shiatsu est de création relativement récente. C’est vers 1915 que le Japonais Tamai Tempaku forge ce terme qui signifie « pression (atsu) des doigts (shi) » ou « digitopression ».

 

Une deuxième idée reçue est tout aussi fausse : le shiatsu n’est pas simplement le nouveau nom du massage traditionnel japonais, l’anma, longtemps associé à la pratique médicale, avant d’être relégué dans les établissements de bains. En réalité, le shiatsu tente de concilier l’Orient et l’Occident, l’anma et la chiropaxie, la médecine traditionnelle chinoise et les acquis de la science moderne.

 

Célèbre pour avoir soigné et guéri Marylin Monroe tombée gravement malade lors d’un voyage au Japon, l’un des principaux élèves de Tamai Tempaku, Tokujiro Namikoshi, développe tellement l’influence occidentale qu’il finit par écarter toute référence aux notions de la médecine traditionnelle chinoise. Et c’est son approche que reconnaît le gouvernement japonais.

 

Le Zen shiatsu de Shizuto Masunaga vise à libérer la circulation de l’énergie vitale (ki) le long des méridiens dont il étend et renouvelle le système. Une autre caractéristique est le contact avec une main stationnaire  – la « main mère » − tandis que l’autre travaille. Pour exercer des pressions, le praticien utilise le poids de tout son corps plutôt que sa force. Enfin, Masunaga fait une large place à la psychologie qu’il a étudiée et enseignée.

À partir des années 1970, le shiatsu se propage aux États-Unis, en Europe, dans le monde entier. Il existe aujourd’hui 10 000 écoles de shiatsu : Zen shiatsu, shiatsu myo-énergétique, shiatsu macrobiotique, Tao shiatsu, shiatsu du mouvement… Il existe même un shiatsu équin et canin. Cela rend le shiatsu très difficile à cerner et à définir.

 

Pour le ministère japonais de la santé, « le shiatsu est un traitement qui utilise les pouces et les paumes des mains pour faire pression en certains points du corps humain afin de corriger ses irrégularités et de conserver ou d’améliorer sa santé ». Quant à l’Organisation mondiale de la santé et à la Commission européenne, elles l’envisagent comme une médecine traditionnelle ou parallèle.

Prochain cours
de Watsu Basic

samedi 25 et dimanche
26 novembre 2017
 à Paris 11e (Nation)

Plaquette du Watsu Basic des 25 et 26novembre 2017
WatsuBasic-Paris-25-26novembre2017.pdf
Document Adobe Acrobat [535.0 KB]

Prochains cours de Watsu 1

du 28 avril au 3 mai 2018 dans le sud de la Sarthe (2h/3h de Paris)

Plaquette Watsu1 / Watsu Basic - 28-29 avril 2018
Watsu1-BasicWatsu - LaMercerie-28-29avri[...]
Document Adobe Acrobat [454.4 KB]
Plaquette Watsu1 / Flot de transition - 30avril - 3mai 2018
FlotTransition-SaintThomas-9-12octobre20[...]
Document Adobe Acrobat [934.5 KB]

Prochain cours de Watsu 3

du 1er au 5 juillet 2017
dans le sud de la Sarthe (2h/2h30 de Paris)

Plaquette Watsu 3 - 1-5 juillet 2017
Watsu 3-LaMercerie-1-5juillet2017.pdf
Document Adobe Acrobat [507.7 KB]
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Libre de droit à condition de citer la source : www.watsu-paris.fr